17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 17:10

Ne nous leurrons pas : la végétation pousse vite, très vite, sous l'équateur. Entretenir son jardin pour éviter qu'il ne se transforme en jungle tropicale demande donc plus de transpiration au mètre carré qu'en Métropole. Et pour s'acquitter de cette tâche, deux outils de base s'avèrent incontournables : la débroussailleuse et la machette.

 

La débroussailleuse, parce que la tondeuse à gazon est inopérante ici. L'«herbe» est trop vite trop haute et, surtout, elle est extrêmement riche en silice, donc très dure. Sans compter avec la formidable capacité de colonisation d'une foultitude d'espèces indésirables (les mauvaises herbes locales) dont il faut couper impitoyablement l'élan.

 

La machette, c'est pour l'entretien des palmiers et bananiers et pour couper les branches (l'élagage régulier est nécessaire). Un investissement à la portée de toutes les bourses : environ 10 euros chez le "Chinois" du coin. Pour les bananiers, le nettoyage courant consiste à supprimer les feuilles desséchées, étayer les plants porteurs de fruits pour éviter qu'ils ne cassent sous leur poids, couper les régimes de bananes arrivés à maturité et tronçonner les pieds en fin de course (le bananier meurt après fructification). Rassurez-vous sur ce dernier point : les bananiers poussent très vite sous climat équatorial, et de jeunes plants grandissent constamment à l'ombre des plus grands. Une astuce pratiquée en Polynésie pour faire mûrir les bananes : suspendre le régime en hauteur et à l'abri des oiseaux au moyen d'une grosse ficelle (les crochets à hamac sont parfaits pour cet usage).

 

Ne pas négliger non plus le ramassage périodique des fruits du jardin, de préférence avant que les oiseaux ne s'y intéressent (c'est-à-dire verts, quitte à les faire mûrir à la maison), et évacuer ceux (nombreux) tombés à terre. Car la Guyane est un pays de cocagne !  Bon nombre de fruits tropicaux sont récoltables  à domicile. Rien que dans notre jardin, par exemple, nous avons : 1 manguier, 1 cacaoyer, 1 papayer, 2 cocotiers et une multitude de bananiers, tous généreusement productifs...

 

Le rythme d'entretien classique est mensuel et, face à l'ampleur de la tâche, il est fréquent de faire appel à une équipe de professionnels (comptez 80 € par mois). Les entreprises de jardiniers-paysagistes déplacent sur les chantiers des équipes d'une demi-douzaine de personnes bien équipées qui travaillent en parallèle. Le jardin est rapidement nickel (dans notre cas, la remise en état du jardin - peu entretenu avant notre arrivée - n'a pris que quelques heures).

 

Bien entendu, une telle frénésie végétale dégage d'importantes quantités de déchets verts (chez nous : deux tas énormes de branchages, palmes, broussailles, fruits pourris, feuilles...) qu'il faut évacuer. C'est prévu ! La municipalité de Cayenne organise ainsi, deux fois par mois, des collectes de déchets verts qui fonctionnent comme pour les ordures ménagères. Un camion de collecte équipé d'une griffe passe selon un calendrier défini par quartier (par exemple, les 1er et 3e mercredi du mois) pour récupérer les tas entreposés le long des routes. Attention toutefois, à ne pas entasser ses déchets verts trop tôt sur le trottoir (idéalement, la veille ou l'avant-veille) : cela peut vous valoir un PV !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kathy 18/01/2011 14:37


merci milles fois pour ce blog sublimes autant pour les photos que pour les textes.. vraiment j'y est puisé une bonne quantité de renseignements pratiques.
aide soignante arrivant mi mars sur la guyane je me prépare donc à une belle arrivée et armée donc contre les "mousquitos"... à bientot kathy


B.G. 18/01/2011 18:06



Bonne arrivée et patience pour les premiers jours (on a chaud et les moustqiues nous aiment bien) : on s'acclimate assez vite  !



Retour à l'accueil du site

D'une île à l'autre...

De l'île de Groix à "l'île" de Cayenne, nous sommes passés d'une rive à l'autre de l'Atlantique...

 

Voici le récit de notre expatriation, des informations pratiques sur la vie quotidienne et un tour d'horizon des sites incontournables à visiter. Sans oublier, bien sûr, la fusée Ariane et la découverte de la faune et de la flore exceptionnelles de ce luxuriant coin de France en Amérique du Sud... 

 

Bonne visite à tous et bienvenue, en particulier, à nos proches et à nos amis Groisillons... 

Trouver Un Article

Le blog «Vivre En Guyane» existe depuis janvier 2011… Vous pouvez trouver facilement des articles sur la vie quotidienne en Guyane avec ce formulaire de recherche. Pour plus d'infos, consultez le portail web de référence associé à ce blog : www.vivreenguyane.com

 

Bonne lecture !

 

Distinctions

"Vivre en Guyane" a été élu "blog du mois" par l'annuaire spécialisé Expat'Blog en février 2011. Pour voir l'interview de l'auteure réalisée à cette occasion, cliquer ici

 EB FR0211

Crédits photos & Droits d'auteur

Sauf mention contraire explicite de copyrights (c), toutes les photos présentes sur le blog "Vivre en Guyane" ont été réalisées par l'auteure du présent site. Tous les contenus de ce blog, textes, photos et vidéos, sont protégés par le Droit d'auteur, soumis à Copyright et sont la propriété exclusive de l'auteure. Toute reproduction, même partielle, est interdite sans autorisation écrite.

 

© janvier 2011 - 2015 : Tous droits réservés

 

Prises de vue effectuées avec un APN compact (facile à emporter dans une poche), modèle Samsung PL151, résolution 12 Mpx, flash désactivé en permanence. Complété en juillet 2011 par le bridge Sony DSC HX-100V, résolution 16 Mpx, toujours sans flash...

Albums photo


Miniature7

Architecture créole

Miniature1

Paysages de Guyane

Miniature3

Forêt primaire

Miniature8

Averses tropicales

Miniature5

Faune de Guyane

Miniature2

Ponte des tortues Luth

Miniature10

Fusée Ariane (V201)

Miniature13

Musée de l'Espace

Miniature4.jpg

Cayenne

Miniature11

Iles du Salut (île Royale)

 

Voir tous les albums photo (25)