4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 16:09

Attention, sujet chaud, brûlant même si l'on en croit les polémiques qui fusent de toutes part sur les forum de voyage ! Car le département traîne une sale réputation en matière de sécurité des personnes et des biens... La Guyane est-elle donc suffisamment sûre au quotidien pour y vivre sereinement et, tant qu'à faire, en famille avec des enfants ? En général, oui. En particulier, ça dépend des endroits ! Une petite (et sans doute attendue) mise au point s'impose...

 

Le fléau de l'orpaillage

 

L'orpaillage (clandestin) est la principale source d'insécurité et de criminalité en Guyane. Il est pratiqué par des garimpeiros sans scrupules, pour l'essentiel des Brésiliens sans papiers venus chercher fortune en Guyane et prêts à tout car ils n'ont pas grand chose à perdre (sauf la vie). Corollaire évident : il peut être dangereux de traîner en forêt dans les zones reculées et les petites criques isolées en secteur aurifère (à l'intérieur des terres). En cas de mauvaise rencontre dans ce contexte, il est préférable de ne pas opposer de résistance et de donner ce qu'ils réclament (en général "dinheiro" = "argent" en Brésilien). Ces gens là ne plaisantent pas et sont armés...

 

Un exemple, tiré d'un fait divers retentissant qui a défrayé la chronique en 2006 (le procès devrait s'ouvrir prochainement) : l'assassinat de deux gardes-animateurs forestiers, tués par balle par deux orpailleurs brésiliens dans la réserve naturelle des Nouragues (à une centaine de kilomètres de Cayenne, en pleine forêt amazonienne). Ce double meurtre a été commis non loin de la station de recherche du CNRS, laquelle avait été attaquée en 2004 par des orpailleurs pour voler du matériel. Elle est désormais protégée par des gardes engagés par le CNRS...

 

Ceci étant dit, l'orpaillage illégal (et la criminalité associée) régresse nettement en Guyane depuis le lancement de l'opération "Anaconda", en 2002. C'est le nom de code (pour ne pas dire "de guerre") d'un programme d'éradication de l'orpaillage clandestin mis en place par la gendarmerie (opérations héliportées, destruction du matériel d'orpaillage et des moyens de ravitaillement). Inutile de préciser que le dispositif Anaconda a été considérablement renforcé depuis 2006, suite à l'émoi suscité par le double assassinat des Nouragues : l'armée et les douanes française apportent désormais leur concours (février 2008), sous le nom de code "Harpie", avec de très gros moyens (repérage des camps d'orpaillage par satellite, opérations de type commando, appui aérien)...

 

Bref, l'or en Guyane est un sujet d'une importance telle qu'il mérite au moins un article dédié. J'aurai donc l'occasion d'y revenir plus en détail une prochaine fois. 

 

En ville et sur route

 

En dehors du cas particulier des secteurs aurifères, l'insécurité est surtout nocturne (comme partout, y compris en Métropole). Il faut donc éviter de tenter le diable en se promenant (surtout seul) de nuit. Une précaution qui relève du simple bon sens et  vaut particulièrement dans les lieux réputés infréquentables aux heures sombres :

 

♦  quartier "la Crique" à Cayenne (encore appelé "Chicago" !), où se tient de jour  le marché (pour le coup dans une bonne ambiance, chaleureuse, colorée, familiale et sans danger !) ;

 

♦  Maripasoula (surnommé "le far-ouest" guyanais), en raison de la proximité avec la frontière du Surinam et de nombreux sites d'orpaillage (forte présence de clandestins en provenance de la forêt et fréquents règlements de compte entre aventuriers et illégaux venant du Brésil ou du Surinam, dixit le Conseil Général de Guyane) ;

 

♦  St Georges de l'Oyapock et, plus généralement, la route à partir de Régina en direction de la frontière brésilienne (car-jacking et embuscades organisés par des clandestins cachés dans la forêt : situation en voie d'amélioration en raison de la prochaine inauguration du Pont du Brésil et des contrôles renforcés de la gendarmerie et de la police de l'air et des frontières - PAF pour les intimes) ;

 

♦  les bidonvilles (appelés "zones d'habitat informel" ou "zones d'habitat spontané" par l'administration), généralement localisés en périphérie des agglomérations (à éviter aussi de jour, mais c'est une évidence !), et les squats en zone urbaine (présence de bâtiments délabrés dans le centre ville de Cayenne). Les plus dangereux (source : gendarmerie) sont les ressortissants de "Georgetown" (= Guyana, pays proche désigné en Guyane par le nom de sa capitale pour éviter tout malentendu, la phonétique étant proche) : la vie humaine n'a aucune importance à leurs yeux... Peu de risques cependant, car ils s'entretuent dans des règlements de comptes fratricides, sans rapport direct avec la population générale...

 

♦  d'une manière générale, prudence dans les zones frontalières, le long du Maroni et de l'Oyapok (nombreux clandestins). En cas de braquage, encore une fois, pas d'héroïsme déplacé ! Laisser la voiture, l'argent ou les effets personnels dans le calme et sans agressivité... Les illégaux ne sont pas spécialement dangereux s'ils ne se sentent pas menacés (récits rapportés).

 

Sécurité passive

 

Encore une fois, et sans se cloîter dans un coffre-fort, il est facile d'éviter les ennuis en Guyane. C'est essentiellement une question de bon sens et de prudence élémentaire. Exactement comme en Métropole : pas plus, pas moins. Par exemple, il ne viendrait à l'idée de personne de déambuler nuitamment dans les cités du "9/3" ou de se hasarder dans les méandres du métro ou du RER parisien, surtout en arborant un luxe ostentatoire. Ici, c'est pareil : il suffit d'éviter les endroits "craignos" et de s'abstenir d'étaler ses richesses.

 

Au quotidien, ne pas oublier de fermer sa voiture à clé et surtout, ne laisser aucun objet de valeur (ordinateur, console de jeu...) à l'intérieur (même caché, on peut être vu). A la maison, idem : fermer toutes les portes et fenêtres donnant sur l'extérieur la nuit (comme en région parisienne !). Les cambriolages sont monnaie courante en Guyane, mais quelques précautions permettent de limiter les risques.

 

D'abord, bien choisir son quartier, calme et résidentiel de préférence. Ensuite, opter pour un logement sécurisé, c'est-à-dire sur un terrain clos et équipé de grilles de métal forgé sur les ouvertures (idéal pour éviter les effractions). Pour une maison, un ou deux chiens de taille respectable (un yorkshire ou un bouldedoque français ne sont pas très crédibles) dans le jardin sont bienvenus, car dissuasifs. Toujours pour une maison, vérifier que la toiture n'est pas accessible (ie descend trop bas), car les intrus passent parfois par les toits en ôtant les tôles de couverture (tous les toits sont en tôle en Guyane, à cause des averses torrentielles). Enfin, le must pour ceux qui peuvent se le permettre (et si les effets personnels le justifient) : une alarme électronique. Finalement, rien de très dépaysant par rapport à la région parisienne, par exemple...

 

Dernière précision, pour ceux qui habite(ro)nt sur des sites isolés dans la "campagne" (savane entre Cayenne et Kourou, par exemple)  : les armes sont en vente libre en Guyane. A titre dérogatoire, il n'est pas nécessaire de détenir un permis de chasse pour acquérir un fusil. Il suffit de se rendre dans une armurerie (assez nombreuses en Guyane et barricadées comme des banques). En conséquence, nombreux sont les habitants armés dans les lieux reculés...

 

En conclusion 

 

Pas d'angélisme, mais pas de paranoïa non plus ! La Guyane est loin d'être un coupe-gorge pour sa population. C'est, en revanche, une affectation assez difficile pour les gendarmes et les militaires, qui sont parfois des détracteurs acharnés de la Guyane : leur réalité quotidienne (orpaillage illégal, squats et bidonvilles, clandestins, règlements de comptes, criminalité nocturne) et la vision qui en découle ne sont pas celles du citoyen lambda... 

 

Certes, je ne suis pas en Guyane depuis très longtemps et n'ai peut-être pas (encore) assez baroudé pour en percevoir tous les dangers. Ceci dit, je suis persuadée que tout un chacun est à même de percevoir  les situations "risquées" et de se forger rapidement une opinion sur la sécurité ou l'insécurité ambiantes. Et jusqu'ici, je n'ai jamais eu l'impression d'être en danger en Guyane.

Partager cet article

commentaires

Roger 27/02/2015 17:01

Bonjour
Je vous jure que C'est bizarre, incroyable je vais commencer par croire à ces choses dans ma vie, ce marabouts africain, il y a exception, ce grand marabout maitre papa sakpata m'a beaucoup et trop aidé
Je suis Roger depuis la France métropolitaine, j’aime une fille que je ne vais pas donner son nom. Au début tout allait bien lui et moi on s'aime bien, on fait tout ensemble, balades, piscine, voyages, on est presque les plus heureux de la planète monde, mais tout à coup, tout a changé, elle m'a abandonné m'a laissé parce qu'el a retrouvé un autre homme plus riche que moi, au cours d'un meeting coté service et elle ne me connaît plus. Une amie m'a conseillé ce maitre, le plus grand maitre marabout sérieux africain et du monde. Le jour que je lui ai écrit par mail que c'est par rapport au retour d'affection ,il m'a dit que c'est facile qu'il faut un travail pour désenvouter ma chérie ce qui peut durer un mois ou deux semaine mais que ça dépend, vous savez ,je ne peux pas tout dire, devinez quoi ,mon ma chérie qui ne connais plus mon numéro m'a envoie un jour un message j’ai dit au grand maitre il a dit que ce n'ai que le début de croire seulement qu'il va me revenir après une semaine voir deux semaines de travail, ma chérie est revenu vous n'allez pas croire. Et ont vis ensemble. Grand maitre marabout, merci
Pour tous vos soucis veuillez le contacter: contacter sur adresse email: gerve33@hotmail.fr
Voici sont site: http://maitresakpata-com.over-blog.com/
https://www.facebook.com/pages/Grand-Ma%C3%AEtre-Marabout-Sakpata-Le-Sauveur/958093620885703
Veuillez le contacter.
Merci

Roger 27/02/2015 17:00

Bonjour
Je vous jure que C'est bizarre, incroyable je vais commencer par croire à ces choses dans ma vie, ce marabouts africain, il y a exception, ce grand marabout maitre papa sakpata m'a beaucoup et trop aidé
Je suis Roger depuis la France métropolitaine, j’aime une fille que je ne vais pas donner son nom. Au début tout allait bien lui et moi on s'aime bien, on fait tout ensemble, balades, piscine, voyages, on est presque les plus heureux de la planète monde, mais tout à coup, tout a changé, elle m'a abandonné m'a laissé parce qu'el a retrouvé un autre homme plus riche que moi, au cours d'un meeting coté service et elle ne me connaît plus. Une amie m'a conseillé ce maitre, le plus grand maitre marabout sérieux africain et du monde. Le jour que je lui ai écrit par mail que c'est par rapport au retour d'affection ,il m'a dit que c'est facile qu'il faut un travail pour désenvouter ma chérie ce qui peut durer un mois ou deux semaine mais que ça dépend, vous savez ,je ne peux pas tout dire, devinez quoi ,mon ma chérie qui ne connais plus mon numéro m'a envoie un jour un message j’ai dit au grand maitre il a dit que ce n'ai que le début de croire seulement qu'il va me revenir après une semaine voir deux semaines de travail, ma chérie est revenu vous n'allez pas croire. Et ont vis ensemble. Grand maitre marabout, merci
Pour tous vos soucis veuillez le contacter: contacter sur adresse email: gerve33@hotmail.fr
Voici sont site: http://maitresakpata-com.over-blog.com/
https://www.facebook.com/pages/Grand-Ma%C3%AEtre-Marabout-Sakpata-Le-Sauveur/958093620885703
Veuillez le contacter.
Merci

Pantet 15/04/2014 23:57


Bonjour,


Je dois dire que votre blog est une mine d'or (humour) d informations précieuses. Je reviens neanmoins sur un ppint: vous dites a un certain moment : " Pour ce qui est, enfin, de faire la route
tous les jours entre Cayenne et Kourou, je ne vous le conseille pas." 


J'aurai une proposition d'emploi mais je dois faire de l hospitalisation à domicile entre st Laurent de Maroni, Cayenne et Kourou...est ce toujours risqué? ??

B.G. 04/07/2014 02:11



Bonjour,


La route est longue surtout ! Et le risque d'accident est présent. Pour ce qui est de la sécurité, j'ai eu l'occasion de circuler sans problème le soir entre Cayenne et Kourou...



Nathalie 30/05/2013 04:27


Bonsoir


merci pour votre blog. Mon mari, ma fille et moi sommes venus en vacances en Guyane en mars 1997 et avons adoré notre séjour. Ma fille n'avais que 13 mois à l'époque et tout le monde nous
traitait de fou. Nous sommes allés chez des amis qui ont vécu là-bas 4 ans avec 2 enfants en bas âge et un autre né sur place. Depuis ce séjour nous n'avions qu'une idée en tête : partir
outre-mer (mon mari est fonctionnaire). Rêve réalisé depuis avril 2006 pour mon mari et juillet de la même année pour mes enfants (2 garçons sont arrivés depuis) et moi. Nous sommes sur l'île
"paradisiaque" de St Martin. Magnifiques plages avec mer turquoise, non-chalances des autochtones accueillants. Tout ce qui fait une carte postale paradisiaque. Côté négatif : obligé de mettre
nos enfants en écoles puis collège et lycée privés car niveau très bas à St Martin et violence quotidienne dans et autour des collèges et lycées (budget non prévu au départ : A savoir + de 700€
par mois pour les 2 grands sans compter la cantine!), une violence quotidienne et des cambriolages en veux tu en voilà. La vie ici ne coute pas chère pour - de 100$ un contrat peut être lancé sur
quelqu'un. Il y a tellement de communautés (+ de 80) la plupart issues des îles environnantes et de pays d'amérique du sud où la vie est difficile que ces personnes font tout et n'importe quoi.
Donc quand les gens parlent d'insécurité en Guyane et de paradis concernant mon île je me demande d'où ils tiennent leurs informations. Je pense que la Guyane n'est pas plus différentes que
d'autres département français (île de France, outre-mer, région Paca et autres).


On a proposé à mon mari un poste l'été dernier à Cayenne que nous avons refusé pour de mauvaises raisons (dernier enfant avec un handicap et on pensait qu'il y avait rien pour lui : grosse erreur
il y en a plus qu'à St Martin!) et aujourd'hui on lui repropose un poste. Donc je pense que si tout va bien mes enfants feront leur rentrée scolaire 2013-2014 à Cayenne ou environs.

B.G. 22/06/2013 15:35



Bonjour Nathalie et MERCI pour ce partage de témoignage qui relativise parfaitement les réputations attribuées à certains DOM/TOM. Rien ne vaut, encore une fois, l'expérience sur place. Je ne
sais pas de quel handicap souffre votre enfant, mais il y a aussi, depuis peu, un CRA (Centre régional autisme) à Cayenne...



Agnès Benani 12/05/2013 20:43


Bonjour,Merci pour la mine d'informations et de conseils précieux que recèle votre blog...J'ai vraiment hâte de connaitre mon affectation définitive en Guyane pour en explorer toutes les
richesses..J'ai postulé pour Maripasoula-entre autre-et j'ai un petit pincement d'angoisse en relisant votre commentaire sur le "far West"guyanais.Je viens seule avec mon fils de 7ans .


J'aime bien votre blog car il donne une vision très nuancée des choses:pas d"angélisme"ou de "diabolisation"


J'aimerais bien vous recontacter pour des questions plus précises éventuellement dès que je saurai mon affectation définitive


Nana de Manihi en Polynésie


Agnès


;


 

B.G. 22/06/2013 15:55



Bonjour Agnès,


En venant de Polynésie, c'est sûr que cela va vous changer. Tant que votre fils est au primaire, pas trop de soucis. Par contre, pour le collège, il faudra songer à migrer vers le littoral (si
vous êtes toujours en Guyane). Un office du tourisme est ouvert depuis peu à Maripasoula : je connais sa responsable, qui vit à Maripa-Soula (comme on devrait l'écrire) depuis des années, avec
enfant, et s'y plaît. Il faut donc relativiser... Il y a des sites naturels sympas dans les environs, la culture du fleuve (Maroni) en prime (rien à voir avec le littoral), une certaine douceur
de vivre aussi.
>> Maripasoula.fr 



Karine973 20/03/2013 20:42


Et bien je suis une guyanaise et je peux vous dire que je ne me suis jamais faite braquer ou cambrioler, et pourquoi? Parce qu'à chaque ouverture de ma maison (du moins celle de mes parents, je
n'ai que 18ans) est doublée d'une grille. En ce qui concerne dans la rue, comme l'admin l'a dit, comme partout il faut éviter d'étaler sa richesse : ne pas se promener avec des bijoux en or, ou
dévoiler le gros portable high tech que l'on vient de s'offrir. Les problèmes les plus habituels sont les cambriolages (rarement de violence en ce qui les concerne), ainsi que les braquages :
soit on vous arrache directement ce que vous avez, ou on vous menace avec un couteau (comme dans n'importe quel braquage de n'importe quel département français). Personnellement, je ne me suis
jamais sentie en danger, je n'ai jamais été aux abois pour savoir si oui ou non on allait me braquer. Comme dit l'admin, un guyanais "lambda" ne se sent pas plus, ni moins en sécurité qu'à paris
par exemple. Malheureusement les reportages les plus nombreux sur la Guyane dégradent son image. On y parle que de violence ou de drogue, comme si il y en avait dans tous les coins de rue. Il
faut faire attention à ce genre de reportages qui ne reflètent pas la réalité. Ce genre de choses ne sont visibles que dans certains quartiers malfamés. Si vous vous promenez tranquillement dans
la ville, vous n'êtes normalement pas confrontés à cela. En espérant avoir aidé un peu :)

B.G. 20/03/2013 23:55



MERCI encore une fois Karine, pour ce partage d'expérience ! Nous avons donc le même ressenti, et je déconseille également de prêter une oreille attentive aux reportages et aux forums qui parlent
de la Guyane depuis l'extérieur...



céline 14/09/2012 13:51

Bonjour,
Tout d'abord, merci de nous faire partager à travers ce blog très complet votre expérience de la Guyane. Mon ami et moi avons tous les 2 trouvé un emploi, lui à Remire et moi à Kourou. Nous
arrivons début novembre 2012. Est-il envisageable pour moi de faire la route (1h) tous les jours sachant qu'actuellement je passe 45 min dans les transports (voiture+train) pour me rendre au
travail ? Sinon que pensez vous d'une installation à Macouria ? Concernant l'insécurité, j'ai lu votre lettre adressée cet été au président de la République, cela m'inquiète. Qu'en est-il
actuellement ? Merci d'avance pour vos conseils.
Cordialement
Céline

B.G. 20/09/2012 00:08



Bonsoir Céline,


Alors, la Lettre au Président n'est pas de moi, mais de l'ensemble des opérateurs touristiques : je me suis contentée de relayer l'information à un moment où c'était un peu chaud. Ceci dit, et
pour paraphraser la réponse que j'ai faite à une autre internaute, la violence en Guyane est sporadique et sévit par vagues, suivies de longs moments plutôt calmes. Les évènements récents, liés à
un groupe de garimpeiros particulièrement violents, ont été jugulés grâce à l'intervention des forces Harpie (armée et gendarmerie en gros). Tous ont été arrêtés depuis.


Au quotidien, pour un nouvel arrivant qui n'a pas encore pris le rythme (repérable), il suffit de précautions élémentaires, comme en région parisienne dans le métro.


Pour ce qui est, enfin, de faire la route tous les jours entre Cayenne et Kourou, je ne vous le conseille pas. Macouria me semble être un bon compromis dans votre situation. C'est une ville
plutôt tranquille et résidentielle, assez dynamique et conviviale. Vous vous y plairez !


Pour plus d'infos, Macouria a un site Internet et une page Facebook :


http://macouria.mairies-guyane.org
https://www.facebook.com/ville.macouria


A bientôt en Guyane !



favre-clement francine 30/08/2012 09:39

Bonjour,
Après avoir lu beaucoup de forum j avoue avoir bien des difficultés a me faire une opinion sur la Guyane.Mon mari c est fait offrir un travail la bas. Au début j en étais enchanté mais maintenant
je ne sais plus .Donc est-ce que c est si terrible que sa d y habiter?On parle souvent des clandestins qui te pillent et j avoue que sa me fou un peu la trouille.Oui c est comme partout ailleurs y
as des cambriolages ,de la violence ,mais on ne fait pas toujours un super tableau de se beau pays.J imagine qu il doit y avoir des points positif rassurer moi!!!Le coût de la vie est je crois
assez élevé, est-ce vrai? ou faut-il se loger a kourou pour se sentir en sécurité,a cayenne aussi,reste a savoir dans laquelle de ses villes mon mari va se retrouver.J adore la nature et je sais
que la bas je serais bien servie.Avec certaines précautions pour évités d avoir le palu ou la dengue j imagine que sa devrait aller ,du moins j espère. J ai vraiment l air d avoir la trouille mais
je ne veux pas partir tête baissée ,et franchement j aurais jamais du lire tous se que les gens ont écrit de négatif car ils ont malheureusement semé le doute dans mon esprit.Voila ,j attends vos
commentaires avec hâte et merci de me répondre!

B.G. 19/09/2012 23:55



Bonsoir Francine,


 


Désolée de ce retard à vous répondre ! Rassurez-vous, la Guyane n'est ni un coupe-gorge, ni une terre insalubre. Beaucoup de réponses à vos questions se trouvent dans le blog, dans les articles
et dans les commentaires...


Pour faire court :


Bien que les souches locales soient multirésistantes aux antipaludéens, il est rare d'attraper le palu en Guyane car la zone littorale où se concentre l'essentiel de la population en est pour
ainsi dire indemne. Et même : j'ai été dans des forêts marécageuses et des zones infestées de moustiques sans rien attraper de fâcheux (mon côté biologiste est attiré irrésistiblement pas la
forêt, sa faune et la flore exubérante). Pour la dengue, elle n'est pas fréquente non plus et sévit par vagues. En tout état de cause, il n'y a pas plus de risques qu'aux Antilles ou en Polynésie
si l'on en croit les chiffres... De plus, un vaccin très prometteur est en bonne voie et devrait permettre de rassurer totalement les plus anxieux.


Vous avez raison de vous renseigner et de ne pas foncer tête baissée vers l'inconnu. Ceci dit, l'insécurité est gérable moyennant des précautions basiques, surtout les premières semaines, le
temps de vous acclimater... Une fois que vous aurez pris le rythme et un hâle gage d'anonymat, vous verrez que la réalité est assez éloignée des propos alarmistes dispensés sur les forums.


Il y a, c'est vrai, beaucoup de clandestins en Guyane, mais ces orpailleurs sévissent plutôt en forêt... La gendarmerie et les forces armées du programme Harpie ont mis un coup d'arrêt à la
flambée de violence récente, due à un groupe de garimpeiros sans scrupules. Tous ont été coffrés depuis. Il y a des vagues sporadiques d'insécurité, puis de longs moments calmes. Nous vivons en
Guyane depuis bientôt 2 ans avec nos deux enfants (le plus jeune vient d'entrer en maternelle, l'aînée au collège), et ça se passe bien. 


Quant à la nature, vous ne serez pas déçue ! 


Des proches sont venus nous rendre visite, et ils adoré la Guyane. A ce titre le slogan de l'office du tourisme est très juste : "La Guyane, personne ne vous croira". Elle vaut le détour.



olivier Genevriere 02/07/2012 20:58

Bonjour,

Le groupe pour lequel je travail me propose un poste en Guyane et j'ai donc tout naturellement visité votre Blog, bravo pour le travail accompli qui m'a apporté beaucoup de réponse, le blog est
très bien fait et très conviviale.

Cordialement Olivier

B.G. 06/07/2012 02:04



Merci de vos encouragement et... Bienvenue en Guyane !



MORIO 30/05/2012 11:39

Bonjour,

Nous arriverons en Guyane courant Janvier 2013 si tout va bien. Nous habiterons Matoury à coté de l'aéroport. Pouvez vous m'indiquer les ecoles privees de la maternelle au collège?
Si j'ai bien compris un frigo est important et des boites hermetiques. que me conseillez vous en terme de prévention moustiques et autres bebêtes?
si je peux vous faire parvenir des choses n'hésitez pas car nous venons avec un conteneur et nous avons de la famille en Bretagne.
vous pouvez me joindre sur ma boite mail directement.

merci d'avance

Elodie

B.G. 29/06/2012 01:41



Bonsoir,


Sur Matoury, il n'y a qu'un seul établissement privé : une école primaire (et peut-être maternelle ?). Il s'agit de l'Ecole Saint Pierre, au lieu-dit Cogneau-Lamirande (0594 31 04 69). Pour le
collège, si vous tenez à une établissement privé, il faudra aller sur Cayenne, au centre-ville (Collège Saint Joseph : 0594 28 28 58) ou à Rémire-Montjoly, près du front de mer (Collège Sainte
Thérèse : 0594 38 06 35). Tous ces établissements sont de confession catholique et les deux collèges jouissent d'une bonne réputation : ils sélectionnent leurs élèves sur le niveau scolaire et il
est difficile d'y obtenir une place.

Question bestioles, pas d'inquiétude : les serpents, araignées, scorpions et autres bêtes venimeuses sont rares autour des habitations... Au quotidien, vous serez confrontés aux moustiques (au
début, après vous serez tranquille : on "s'immunise" avec le temps !), aux papillons cendre (papillons de nuit fortement urticants : une originalité guyanaise !) et surtout aux fourmis (les
fourmis amazoniennes sont pénibles, car souvent agressives et assez douloureuses : évitez de croiser leur route avec des tongues)...

Enfin, merci pour votre offre : pourquoi pas ?

A bientôt en Guyane !



jean marc Valette 05/02/2012 02:25

bonjour, je vis en guyane depuis 97 et je peux vous dire que l'insecurité est le prbls n 1 je me suis fait braquer 2 fois non par des bresiliens mais des types du surinam et du guyana; mon fils 10
ans c'est fait tabasser au mcdo; ça degenere vraiment

B.G. 05/02/2012 12:33



Oui, je suis d'accord avec vous : ça dégénère ! Et rapidement. En un an de présence en Guyane, j'ai pu mesurer l'évolution et les récents évènements depuis l'affaire Méthon (notamment la vague de
braquages à domicile de novembre et décembre 2011) m'incitent effectivement à la prudence. Pour ma part : je ne sort pas le soir, verrouille les grilles à la tombée de la nuit, évite toute
ostentation (de toutes façons, ramener des objets de valeur en Guyane, a fortiori pour un séjour de quelques années, est une mauvaise idée : le risque de vol est omniprésent à la moindre absence
prolongée). Enfin, j'ai délibérément choisi d'acheter une voiture tunée (une voiture "de Brésilien") d'un modèle courant et n'y vois que des avantages : passe-partout, cette voiture n'attire pas
la convoitise et peut quasiment circuler partout sans risque, elle est peu onéreuse à l'achat, et très bien entretenue (car les adeptes du tuning, même léger, sont soigneux et méticuleux). Une
suggestion à méditer pour les nouveaux arrivants, en plus du choix attentif du quartier de résidence et des sécurités passives indispensables pour le domicile (grilles sur toutes les ouvertures,
terrain clos, chien). Enfin, l'insécurité n'est effectivement pas que le fait de Brésiliens clandestins, mais aussi (le plus souvent) de ressortissants du Surinam et de "Georgetowniens"
(habitants du Guyana, à ne pas confondre avec Guyane).



Isabelle 13/01/2012 08:25

Bonjour,

Mon mari s'est vu proposer un poste en Guyane, nous sommes très tentés surtout que votre blog est extrêmement instructif!
Rien n'est encore décidé, mais beaucoup essaient de nous décourager avec l'insécurité,même les futurs employeurs de mon mari...
On se pose beaucoup de questions: l'isolement est il facilement supportable? Est-il facile de se faire des amis et surtout comment et où se loger?
Avez-vous eu beaucoup de difficultés à trouver votre belle maison?
Faut-il attendre d'être sur place pour faire des recherches pour une maison à louer et où peut-on s'adresser?
Merci de me répondre pour me rassurer...
Et encore bravo pour votre superbe blog!

Isabelle

B.G. 14/01/2012 01:52



Bonsoir Isabelle et merci de vos encouragements : je suis toujours heureuse de constater que mon blog est utile et devient un point de ralliement pour les (futurs et présents) "expatriés" de
Guyane. Pour répondre à votre première question en toute honnêteté, mon point de vue a (malheureusement) évolué ces derniers mois sur l'insécurité. Nous assistons depuis la rentrée à une
recrudescence de la violence hard, avec notamment de nombreux braquages à domicile en novembre et décembre sur l'île de Cayenne et cela est effectivement inquiétant... Il faut donc impérativement
prévoir un logement sécurisé pour décourager les cambrioleurs (grilles sur toutes les ouvertures, chien de taille correcte dans le jardin).


Vous évoquez aussi l'isolement... Où seriez-vous ? A Cayenne (et environs : Matoury, Rémire-Montjoly), Kourou ou St Laurent du Maroni, pas de souci : ce sont des agglomérations assez importantes.
Ceci étant, la Guyane est moins animée que la Métropole. Ici, c'est le paradis des amateurs de nature (superbe et exubérante) : la forêt et le fleuve sont des attractions majeures. Question
culture, en dehors du Carnaval, c'est calme. 


Pour trouver un logement, vous pouvez commencer à vous renseigner depuis la Métropole en consultant (ou en passant) les petites annonces de Blada ou Guyaweb. Il y a aussi des agences immobilières
que vous pouvez contacter. Une fois sur place, vous avez également la possibilité de loger à l'hôtel une dizaine de jours (contexte confortable et sécurisé) le temps de visiter et finaliser.
Cette option suppose idéalement que votre conjoint parte en éclaireur et que vous le rejoigniez ensuite, une fois le logement trouvé. Tenez-moi au courant ! 



Emmanuelle 11/05/2011 22:29


Bonsoir...
Je suis ravie d'être tombée par hasard sur votre blog. Il m'est bien précieux par les témoignages que vous apportez et les commentaires d'autres lecteurs , car moi aussi, je vais poser mes cartons
en Guyane pour 2 ou 3 ans. Je suis mariée à un militaire, et tout juste infirmière. La Guyane, j'y ai vécu une année, il y a de cela quinze ans. Bien des choses auront changé !
Au plaisir de vous relire bien sûr !


bourassi 16/03/2011 10:43


bonjour merci pour votre site nous emmenageons en guyane avec mon amie a la rentrée prochaine sans réelement savoir ce qui nous attend. elle est enseignante et je serait moi meme a la recherche
d'un emploi sur place savez vous ou je pourrai m'adresser afin de facilité mes recherches
cordialement


B.G. 29/03/2011 23:25



Bonjour, et merci de votre intérêt pour ce blog ! La recherche d'emploi en Guyane se fait plutôt sur place, car il n'est pas rare qu'un poste soit à pourvoir dans l'urgence dès lors que l'annonce
est parue. Sachez cependant que le taux de chômage frise les 30% et que les besoins de recrutement sont très variables : la santé et l'enseignement, par exemple, sont porteurs. Je consacrerai
prochainement un article à la recherche d'un emploi en Guyane.



Balladine 13/02/2011 14:18


Bonjour

Lors de mes séjours en Guyane, je n'ai jamais ressenti aucune insécurité - dans la mesure où je restais prudente, comme je le ferais à Paris ou ailleurs -

En forêt, je suis partie une semaine descendre l'Approuague, avec guide amérindien et un piroguier brésilien de l'agence Couleurs Amazone, et à aucun moment, nous ne nous sommes sentis en
danger.
Nous avons dormi en toute quiétude dans des carbets et n'avons croisé personne, le seul danger à mon avis étant surtout le soleil qui darde ses rayons sur nos peaux fragiles.

Bien sur, je ne nie pas le fait que l'orpaillage draine son lot d'insécurité, mais il ne faut pas non plus être parano.

Bon dimanche à vous

Je vous joins le lien de mes articles
http://www.balladine.net/article-35596286.html


B.G. 14/02/2011 02:49



Nous sommes bien d'accord : il ne faut pas être parano ! Concernant l'orpaillage illégal, les chiffres 2010 viennent de tomber, et ils sont encourageants : les opérations du programme Harpie sont
en hausse de 40 %. En revanche, le comportement des orpailleurs semble se durcir...



fred 09/02/2011 23:56


Madame,
J'ai bien visité votre blog. Je l'ai trouvé très enrichissant, complet, facile à lire ...bref du travail de professionnel. Merci de nous communiquer votre expérience !
J'ai juste été surpris des commentaires sur les militaires et gendarmes "acharnés de la guyane..". c'est un peu léger à mon sens et même totalement dépourvu de réalité ! Les gendarmes sont
généralement très heureux d'avoir fait un séjour en Guyane, heureux de cette riche expérience ...Leurs commentaires sont exceptionnellement proche de la réalité car ils sont au coeur même de la
polulation local, de leurs problèmes, de leurs difficultés mais aussi de leurs joies. Le gendarme en séjour n'est pas un touriste de passage mais un homme qui vit la guyane comme un autochtone,
parfois en pleine brousse à deux jours de pyrogue de la première ville, parfois avec au quotidien la misère sociale de ses plaignants. Il est là pour sa polulation qui lui rend bien d'ailleurs mais
qui peut lui laisser parfois en mémoire de la dure réalité du quotidien de cette misère sociale que lui croise chaque jour, contrairement à quelqu'un qui vit sans connaitre cette tristesse voisine.
Sincèrement je pense que vous faites erreur.
Merci de m'avoir lu.
En toute gentilesse, je vous quitte en vous souhaitant un excellent séjour
Kenavo
Fred de Locminé à LYON


B.G. 10/02/2011 15:29



Bonjour Fred,


Merci de nous faire partager votre sentiment de gendarme anciennement basé en Guyane ! L'intérêt d'un blog, c'est aussi de drainer des réactions et des commentaires, de partager un vécu. Je fais
ce commentaire suite à deux contacts directs, l'un avec un gendarme actuellement basé en Guyane, mais en zone urbaine (à Cayenne), et un militaire qui en est revenu. Je connais aussi un
gendarme anciennement affecté en Guyane qui m'en a parlé avec enthousiasme, comme vous (il était affecté à la surveillance du centre spatial guyanais, à Kourou). Ceci dit, la difficulté
d'une affectation en Guyane (et par rapport à l'île de Groix, par exemple, c'est criant !), c'est aussi ce qui ressort de certains forums que j'ai parcourus avant de venir, notamment sur la
question suivante : faut-il être armé pour vivre en sécurité en Guyane. Personnellement, je ne pense pas. Je vous rejoints sur la misère sociale, et je suis également d'accord avec vous pour dire
que le citoyen "lambda" passe à côté la plupart du temps (ce que j'ai écrit d'ailleurs). En conclusion, et pour faire écho à votre expérience, je vais de ce pas modérer un peu mes propos ! Ar
vech'all !



Retour à l'accueil du site

D'une île à l'autre...

De l'île de Groix à "l'île" de Cayenne, nous sommes passés d'une rive à l'autre de l'Atlantique...

 

Voici le récit de notre expatriation, des informations pratiques sur la vie quotidienne et un tour d'horizon des sites incontournables à visiter. Sans oublier, bien sûr, la fusée Ariane et la découverte de la faune et de la flore exceptionnelles de ce luxuriant coin de France en Amérique du Sud... 

 

Bonne visite à tous et bienvenue, en particulier, à nos proches et à nos amis Groisillons... 

Trouver Un Article

Le blog «Vivre En Guyane» existe depuis janvier 2011… Vous pouvez trouver facilement des articles sur la vie quotidienne en Guyane avec ce formulaire de recherche. Pour plus d'infos, consultez le portail web de référence associé à ce blog : www.vivreenguyane.com

 

Bonne lecture !

 

Distinctions

"Vivre en Guyane" a été élu "blog du mois" par l'annuaire spécialisé Expat'Blog en février 2011. Pour voir l'interview de l'auteure réalisée à cette occasion, cliquer ici

 EB FR0211

Crédits photos & Droits d'auteur

Sauf mention contraire explicite de copyrights (c), toutes les photos présentes sur le blog "Vivre en Guyane" ont été réalisées par l'auteure du présent site. Tous les contenus de ce blog, textes, photos et vidéos, sont protégés par le Droit d'auteur, soumis à Copyright et sont la propriété exclusive de l'auteure. Toute reproduction, même partielle, est interdite sans autorisation écrite.

 

© janvier 2011 - 2015 : Tous droits réservés

 

Prises de vue effectuées avec un APN compact (facile à emporter dans une poche), modèle Samsung PL151, résolution 12 Mpx, flash désactivé en permanence. Complété en juillet 2011 par le bridge Sony DSC HX-100V, résolution 16 Mpx, toujours sans flash...

Albums photo


Miniature7

Architecture créole

Miniature1

Paysages de Guyane

Miniature3

Forêt primaire

Miniature8

Averses tropicales

Miniature5

Faune de Guyane

Miniature2

Ponte des tortues Luth

Miniature10

Fusée Ariane (V201)

Miniature13

Musée de l'Espace

Miniature4.jpg

Cayenne

Miniature11

Iles du Salut (île Royale)

 

Voir tous les albums photo (25)