1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 15:07

Pour quelqu'un qui n'est jamais allé en Guyane, le département est supposé être infesté de serpents, araignées, scorpions et autres bébêtes venimeuses. Dans l'absolu, cette idée reçue n'est pas totalement fausse, car la biodiversité est ici exceptionnelle. Pourtant, vous ne croiserez pas souvent d'animaux dangereux durant votre séjour. Il y en a, bien sûr, mais ils se tiennent généralement loin des habitations. En région littorale, et a fortiori en zone urbaine, il est donc exceptionnel de rencontrer les "bestioles", tant redoutées des nouveaux arrivants. 

 

Les serpents

 

On dénombre pas moins de 96 espèces de serpents (Ophidés) dans le département, certaines (12) potentiellement mortelles (exemple : le fameux serpent corail, Micrurus spp, arborant des bandes noir, rouge et blanc). Pour autant, on recense moins de morsures fatales en Guyane qu'en Métropole : il faut donc relativiser !

 

Non seulement il est peu fréquent de voir des serpents (2 en tout et pour tout en 5 mois de présence, en ce qui nous concerne), mais en plus il faut souvent s'éloigner des agglomérations ou se balader en forêt pour que cela se produise. Enfin, bon nombre d'espèces, bien qu'impressionnantes et emblématiques, ne sont pas vraiment dangereuses. C'est le cas, notamment du Boa canin (ou boa émeraude, en raison de sa couleur verte à l'âge adulte - orange au stade juvénile) : aussi spectaculaire qu'inoffensif... Même le mythique Anaconda (constricteur) ne représente pas une menace directe pour l'homme, car il préfère se nourrir de proies plus petites... Enfin, et c'est vrai partout, les serpents sont des animaux assez craintifs, qui préfèrent fuir.

 

Une seule espèce, à ma connaissance, fait exception : le Grage "fer de lance" (Bothrops atrox, famille des Vipéridés) est agressif et responsable de la majorité des envenimations en Guyane. On le reconnaît à sa tête triangulaire, bien différentiée du corps, et à sa couleur grisâtre avec des motifs géométriques en forme de V. Il est répandu sur l'ensemble du territoire et essentiellement d'activité nocturne.

 

Les araignées

 

Parmi les invertébrés de Guyane, la grande star est la mygale. Il en existe un grand nombre d'espèces, dont certaines en danger d'extinction à cause d'une trop forte prédation de l'homme à visée de souvenir touristiques (sous-verres décoratifs). Ces araignées fortement velues vivent la plupart du temps dans des terriers, que l'on peut facilement voir le long des layons en forêt, ou dans les arbres (espèces arboricoles).

 

La plus célèbres d'entre elles est la Matoutou (Avicularia avicuaria), érigée au rang d'animal quasi-domestique. On la reconnaît à l'extrémité orangée de ses pattes. Elle affectionne le voisinage des maisons et loge fréquemment dans les trous de mur ou dans l'entonnoir des Broméliacées (plantes épiphytes de la famille des ananas). J'ai eu l'occasion d'en avoir une dans la main : le contact est léger et velouté... Bien que pourvue de crochets, elle n'attaque pas l'homme - à moins d'être acculée, au fond d'une chaussure par exemple...

 

Autre mygale remarquable : la Teraphosa (leblondi), c'est tout simplement la plus grosse araignée du monde et elle est endémique de Guyane. Son envergure avoisine les 30 centimètres ! Avec une telle taille, ses proies sont des petits vertébrés (oiseaux, lézards, rongeurs...). Elle les chasse au moyen de soies urticantes qu'elle projette en frottant ses pattes contre son abdomen, puis les achève avec ses crochets venimeux. Elle est capable de bonds prodigieux et sort assez facilement de son terrier si on gratouille les alentours avec une brindille, raison pour laquelle elle est (trop) abondamment prélevée dans la nature, à des fins commerciales préjudiciables à la survie de l'espèce.    

 

Les scorpions

 

Il existe 18 espèces de scorpions en Guyane, dont une dangereuse : Tityus cambridgei. Il s'agit d'un petit scorpion noir (10 cm maximum) avec des pinces très fines caractéristiques. Il est responsable de deux décès, un en 1997 à Matoury et l'autre en 2010 à Saint Laurent du Maroni ; dans les deux cas, des enfants jeunes (6 et 7 ans). Ce scorpion vit sur l’écorce des arbres, sous des branchages tombés et d’autres débris où son corps aplati et sombre le rend quasiment invisible. Ils sont aussi trouvés dans des zones rurales où ils s’approchent parfois des habitations à la recherche d’obscurité et d’humidité !

 

En cas de piqûre (douleur violente et irradiante, généralement au pied), il est réellement vital de consulter immédiatement, surtout avec des enfants ! Chaque minute compte avec les jeunes victimes de Tityus cambridgei, espèce la plus souvent incriminée dans les envenimations par scorpion. Le retard de prise en charge est responsable des accidents tragiques. Selon le Samu 973, sur une centaine de piqûres par an en Guyane, 95 % sont bénignes. 

 

Même si un tel évènement reste rare, quelques précautions permettent de limiter les risques, en particulier lorsque l'on dort en carbet (bâtiments ouverts sur l'extérieur) : éviter de marcher pieds nus (même sur le plancher, surtout la nuit !), toujours secouer ses vêtements avant de les enfiler, vérifier son hamac et retourner ses chaussures avant de les mettre.

 

Enfin, le truc à savoir : la dangerosité d'un scorpion est inversement proportionnelle à la taille de ses pinces. Plus le scorpion est petit et équipé de pinces réduites, plus son venin est toxique (pour compenser sa relative "fragilité").

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bonnie 24/11/2012 15:20

Bonjour,
une possible expatriation (pour cause de mutation) en Guyane se pose pour moi; votre site dépeint une Guyane pleine de richesses que je serai ravie de découvrir or... Je suis arachnophobe; est-ce
surmontable d'après vous? A quelle fréquence environ pouvons nous être confrontés à ce type de bestioles dans le cadre de la vie quotidienne en ville par exemple? Merci beaucoup !!

B.G. 31/12/2012 22:00



Bonjour !

Venez sans crainte ! Les araignées sont, comme l'ensemble de la faune Guyanaise, inféodées à leur niche écologique (en forêt, principalement) et se cachent la plupart du temps. Il nous a fallu un
an pour croiser une mygale dans la nauture (et nous cherchions à en voir)...


La Terraphosa, la plus grosse araignée du monde avec une taille avoisinant celle d'une assiette, vit dans un terrier dont elle ne sort que si vous la sollicitez directement, en agitant
par exemple une branche à la sortie de sa tanière. La Matoutou, la mygale la plus fréquente et la plus populaire auprès des Guyanais, est quant à elle inoffensive : on la reconnaît à
l'extrémité saumonée de ses pattes. Certaines araignées cavernicoles, en raison d'un look particulier, ont hérité de surnoms totalement injustifiés au siècle dernier : c'est le cas de "l'araignée
24 heures", qui n'est ni dangereuse, ni agressive (et rare à apercevoir).


En bref : il y a peu de chance que vous croisiez des araignées en Guyane si vous ne souhaitez pas les observer. Pour votre culture générale, vous pourrez néanmoins vous documenter en toute
sécurité auprès de l'association "Le planeur bleu", à Cacao : ils possèdent de remarquables collections entomologiques.



Eric 15/03/2012 02:00

bonjour,
et bravo pour votre site dédié à la Guyane, je suis moi-même dans l'interrogation quant à une possible expatriation et votre expérience est bien utile. Je comprend que cette terre lointaine n'a
rien à voir avec nos coutumes métropolitaines et qu'il faut bien mesurer les différences des habitudes quotidiennes locales. Bonne continuation, cordialement. Eric

B.G. 19/03/2012 16:22



Merci ! Effectivement, la Guyane est théoriquement française, mais y vivre correspond de facto à une expatriation tant les usages, le mode de vie et le cadre naturel tranchent avec la Métropole.
Plein de choses à y découvrir, un patrimoine naturel exceptionnel, une grande diversité ethnique : vous en aurez plein la vue, dépaysement garanti !


 


Ensuite, le fil des mois dira si vous souhaitez y rester à long terme (certains ne repartent jamais) ou si vous y ferez juste l'expérience d'un ailleurs pour quelques mois ou quelques années...
Je pense que, même pour un court terme, l'expérience vaut d'être tentée ! 



Laurent Redlinger 15/11/2011 05:12


Bonjour,
Bravo pour ce blog, ça nous rassure un peu, nous qui pleurons de quitter notre île perdue au milieu du Pacifique dans quelques semaines, de voir votre évolution en Guyane. Si vous avez un moment et
acceptez, j'aimerais vous poser quelques questions sur l'arrivée en famille à Cayenne...
Merci
PS : Je vous laisse aussi les coordonnées de notre site www.papayesvertes.net


B.G. 25/12/2011 22:52



Merci et Bienvenue ! Nous aussi, nous avons eu du mal à quitter notre île (bretonne)... :) Un conseil, toutefois : choisissez très attentivement votre quartier (calme et résidentiel) et veillez à
ce que votre maison/appartement soit équipé de protections passives (grilles sur toutes les ouvertures). Les effractions à domicile sont monaie courante... Bonnes fêtes et faites moi signe par MP
si vous le souhaitez !



Retour à l'accueil du site

D'une île à l'autre...

De l'île de Groix à "l'île" de Cayenne, nous sommes passés d'une rive à l'autre de l'Atlantique...

 

Voici le récit de notre expatriation, des informations pratiques sur la vie quotidienne et un tour d'horizon des sites incontournables à visiter. Sans oublier, bien sûr, la fusée Ariane et la découverte de la faune et de la flore exceptionnelles de ce luxuriant coin de France en Amérique du Sud... 

 

Bonne visite à tous et bienvenue, en particulier, à nos proches et à nos amis Groisillons... 

Trouver Un Article

Le blog «Vivre En Guyane» existe depuis janvier 2011… Vous pouvez trouver facilement des articles sur la vie quotidienne en Guyane avec ce formulaire de recherche. Pour plus d'infos, consultez le portail web de référence associé à ce blog : www.vivreenguyane.com

 

Bonne lecture !

 

Distinctions

"Vivre en Guyane" a été élu "blog du mois" par l'annuaire spécialisé Expat'Blog en février 2011. Pour voir l'interview de l'auteure réalisée à cette occasion, cliquer ici

 EB FR0211

Crédits photos & Droits d'auteur

Sauf mention contraire explicite de copyrights (c), toutes les photos présentes sur le blog "Vivre en Guyane" ont été réalisées par l'auteure du présent site. Tous les contenus de ce blog, textes, photos et vidéos, sont protégés par le Droit d'auteur, soumis à Copyright et sont la propriété exclusive de l'auteure. Toute reproduction, même partielle, est interdite sans autorisation écrite.

 

© janvier 2011 - 2015 : Tous droits réservés

 

Prises de vue effectuées avec un APN compact (facile à emporter dans une poche), modèle Samsung PL151, résolution 12 Mpx, flash désactivé en permanence. Complété en juillet 2011 par le bridge Sony DSC HX-100V, résolution 16 Mpx, toujours sans flash...

Albums photo


Miniature7

Architecture créole

Miniature1

Paysages de Guyane

Miniature3

Forêt primaire

Miniature8

Averses tropicales

Miniature5

Faune de Guyane

Miniature2

Ponte des tortues Luth

Miniature10

Fusée Ariane (V201)

Miniature13

Musée de l'Espace

Miniature4.jpg

Cayenne

Miniature11

Iles du Salut (île Royale)

 

Voir tous les albums photo (25)